matin


matin

matin [ matɛ̃ ] n. m.
mattin 980; lat. matutinum, de (Mater) Matuta « l'Aurore », qui a éliminé le lat. class. mane,cf. demain
1Début du jour; moments qui précèdent immédiatement et qui suivent le lever du soleil. 1. aube, aurore, 2. lever, 1. point (du jour). Par un matin d'hiver. La rosée du matin. Le petit matin : moment où se lève le jour. ⇒ potron-minet. Être du matin : aimer se lever tôt, être actif dès le matin. ⇒ lève-tôt. « Quand on est jeune, on a des matins triomphants » (Hugo). 1. réveil. Le repas du matin. 1. petit-déjeuner.
Poét. L'étoile du matin : Vénus.
♢ AU MATIN : au début du jour. Ils partirent au matin, au petit matin. — DE BON, DE GRAND MATIN : très tôt. « On se levait de bon matin, à Rome » (Nerval)(cf. De bonne heure).
Le matin et le soir, matin et soir. « Soir et matin la brise est fraîche » (Gautier). Deux comprimés matin et soir. Du soir au matin : toute la nuit. Du matin au soir : toute la journée; fig. continuellement, sans arrêt. Cet enfant braille du matin au soir.
Adv. Vx MATIN : au matin, dès le matin. Se lever matin, trop matin.
2(1659) La première partie de la journée qui commence au lever du jour et se termine à midi (opposé à après-midi). matinée; région. avant-midi. Ne pas travailler le matin. Ce matin : la matinée d'aujourd'hui. Ce matin vers 11 heures. Un beau matin (cf. Un beau jour). Un de ces quatre matins. (Après un nom désignant un jour) Le 23 mars au matin. La veille, chaque jour au matin. Dimanche, hier, demain matin. (Sans ou avec accord) Tous les dimanches matin. Rare « Les jeudis matins » (Alain-Fournier).
3(Dans le décompte des heures) L'espace de temps qui va de minuit à midi, divisé en douze heures. A. M. Une heure, six heures du matin (opposé à de l'après-midi, du soir). Abrév. fam. MAT' [ mat ]. « ils sont arrivés dans la nuit, à trois heures du mat' » (Fallet).
4Fig. et poét. Commencement, début. Le matin de la vie. jeunesse.
⊗ HOM. poss. Mâtin.

matin nom masculin (latin matutinum) Début du jour : La fraîcheur du matin. Temps compris entre le début du jour et la mi-journée : Le médecin reçoit le matin seulement.matin (citations) nom masculin (latin matutinum) Jules Barbier Paris 1825-Paris 1901 et Michel Carré Paris 1819-Argenteuil 1872 Salut, ô mon dernier matin ! Livret de Faust (opéra de Gounod) Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Quand on est jeune, on a des matins triomphants. La Légende des siècles, Booz endormi Henri Michaux Namur 1899-Paris 1984 Que de soirs pour un seul matin ! Plume, Vieillesse Gallimard François Rabelais La Devinière, près de Chinon, vers 1494-Paris 1553 Lever matin n'est point bonheur Boire matin est le meilleur. Gargantua, 21 matin (difficultés) nom masculin (latin matutinum) Orthographe Tous les dimanches matin, sans s à matin (emploi adverbial). Registre Se lever matin (= se lever tôt) appartient aujourd'hui au registre littéraire. ● matin (expressions) nom masculin (latin matutinum) De bon matin, de grand matin, de très bonne heure. Du matin au soir, toute la journée, continuellement. Du matin au soir et du soir au matin, sans discontinuer, jour et nuit et d'une manière lassante. Littéraire. Étoile du matin, la planète Vénus. Familier. Être du matin, être matinal, se lever et travailler volontiers de bonne heure. Littéraire. Le matin de la vie, la jeunesse. Le petit matin, tout début de la journée. Un beau matin ou, familièrement, un de ces quatre matins, un jour indéterminé (où se passe un incident). ● matin (homonymes) nom masculin (latin matutinum) mâtin nom masculinmatin (synonymes) nom masculin (latin matutinum) Début du jour
Synonymes :
Temps compris entre le début du jour et la mi-journée
Synonymes :
- matinée
Contraires :
matin adverbe Littéraire. De bonne heure : Se lever matin. Dans la première partie de la journée : Demain matin. Tous les dimanches matin.matin (homonymes) adverbe mâtin nom masculin

matin
n. m., adv. (et adj. inv.)
rI./r n. m.
d1./d Première partie du jour, après le lever du soleil.
De bon, de grand matin: très tôt.
|| Fig. Le matin de la vie: la jeunesse.
d2./d Partie de la journée qui va du point du jour à midi. Le matin et l'après-midi.
d3./d Espace de temps compris entre minuit et midi. Une heure du matin.
d4./d Un matin, un beau matin: un jour parmi les autres.
|| Ce matin: le matin du jour où l'on est.
|| (Québec) Fam. à matin: ce matin.
rII./r adv. Vieilli Tôt. Se lever matin.
rIII/r adj. inv. (Québec) Vieilli être matin, matinal.

⇒MATIN, subst. masc.
A. — [Matin en tant que moment particulier de la journée] Commencement du jour qu'annonce le lever du soleil. Dès la première heure du jour, la déesse était sur pied, et celui qui voulait mériter ses grâces particulières devait se présenter à son lever pour la prière du matin (NERVAL, Filles feu, Isis, 1854, p.650). Au réveil du matin, soyez comme les champs Où tout germe, fleurit, se colore et parfume (NOAILLES, Coeur innombr., 1901, p.91). Je te trouve bien matinal, Aldo. Mauvaise brume ce matin, n'est-ce pas? Ici, cela réveille toujours de bonne heure; la gorge pique. Je le répète toujours à Roberto: brouillard du matin, c'est le premier jour d'hiver à l'amirauté (GRACQ, Syrtes, 1951, p.47):
1. À six heures et quart il y eut une grande marée d'hommes s'engouffrant dans le métro. C'était vraiment un monde d'hommes que ce monde d'avant l'aube et du premier matin: toute la ville, à cette heure, était aux hommes, comme une ville d'Orient.
MONTHERL., Célibataires, 1934, p.852.
SYNT. [Les syntagmes les plus fréq. font apparaître matin lié à des mots qui traduisent principalement les phénomènes climatiques, les variations saisonnières et les premières activités de la journée de l'homme] Matin bleu, clair, frais, gris; matin d'été, de son arrivée, d'une attaque, du départ, d'hiver, de printemps, d'octobre; l'air du matin; brise, brouillard, fraîcheur, journal, messe, soleil, toilette du matin.
L'étoile du matin. V. étoile I B 1 b.
De bon matin, au grand matin. Tôt, aux premières heures du jour. Et je me trouvais tout à coup et sans transition à Venise, de très bon matin, à l'aube du jour, installé sur un balcon de palais avec Flaubert et mon frère, et pêchant à la ligne (GONCOURT, Journal, 1860, p.836).
Au/du petit matin, dès le petit matin. Dès le lever du jour. Il y a un grand charme à quitter au petit matin une ville familière pour une destination ignorée (GRACQ, Syrtes, 1951, 12).
Être du matin. Être matinal. Je m'en doutais (...) parce que les notaires (...) ça n'est pas du matin (LABICHE, Cagnotte, 1864, II, 3, p.52).
Loc. fig., fam. (Ne pas) s'être levé assez matin (pour). (Ne pas) être assez habile (pour):
2. Alors elle [sa mère] me dicta ses conditions. — (...) Tu l'épouseras donc [François] (...). Seulement, si ce monsieur a cru m'avoir, il ne s'est pas levé assez matin.
VIALAR, Bon Dieu, 1953, p.28.
Emploi abs. Le matin, au matin, dès le matin. Au commencement, dès le commencement du jour. Je suis donc sorti, chaque jour, dès le matin, pour ne rentrer que tard dans la nuit, au moment du sommeil (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p.210).
Emploi adv. D'où diable vient-elle si matin? se demanda-t-il (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p.76). Il est bon de se lever matin: on voit des choses curieuses (ABOUT, Roi mont., 1857, p.148).
B. — [Matin en tant qu'expression d'une certaine durée]
1. Espace de temps compris entre minuit et midi:
3. ... un homme qui se lève dès patron-minette [sic], mange sur le pouce, se couche à deux heures du matin, cela uniquement pour la jouissance de la prévarication, l'argent qu'il gagne ainsi étant de suite perdu dans des jeux de Bourse.
GONCOURT, Journal, 1887, p.713.
2. Première partie de la journée allant du lever du soleil jusqu'à midi. Le lendemain matin, vers onze heures, le comte et la comtesse de Kergaz vinrent passer la journée à Paris (PONSON DU TERR., Rocambole, t.3, 1859, p.372). Entre samedi matin et dimanche soir, il a eu le temps d'en parler à dix mille personnes (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.49):
4. Les jeudis matins, chacun de nous installé sur le bureau d'une des deux salles de classe, nous lisions Rousseau et Paul-Louis Courier que nous avions dénichés dans les placards, entre des méthodes d'anglais et des cahiers de musique finement recopiés.
ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p.126.
Région. (Ouest et Canada). À matin. Ce matin. Mais qu'est-ce que vous avez vous autres, à matin? (M. TRUDEL, Vézine, Montréal, Fide, 1946, p.120 ds ROGERS, p.162).
En matin (vêtu). Puis ils se retournaient vers l'espace désert et parmi les perspectives nues, comme chez eux, tout à l'aise et vêtus en matin (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p.732). Elle était encore en tout matin, n'ayant sur elle qu'une méchante camisole et un jupon (COURTELINE, Linottes, Canaille, 1888, III, p.230).
a) [Expression d'une durée continue] Du matin au soir. Toute la journée. Du soir au matin, du matin au soir et du soir au matin. Sans arrêt. Puis du soir au matin connaître éperdument tout ce que l'amour le plus emporté peut faire éprouver à une femme (LOUYS, Aphrodite, 1896, p.207).
b) [Expression d'un espace de temps indéterminé] Un (beau) matin, l'autre matin, un de ces (quatre) matins. Le prince Fortimbras de Norvège va nous faire notre affaire un de ces quatre matins (LAFORGUE, Mor. légend., 1887, p.43). Mon aïeul reçut l'ordre un beau matin de quitter avant huit jours ses terres, ses honneurs, sa famille (GIRAUDOUX, Siegfried, 1928, II, 3, p.89). L'autre matin, il m'est arrivé une chose qui m'a fait réfléchir (GIONO, Colline, 1929, p.59).
3. P. métaph. Début, commencement. Le matin de la vie est comme le matin du jour, plein de pureté, d'images et d'harmonies (CHATEAUBR., Génie, t.1, 1803, p.419). La phrase, en ce matin du siècle, monte à l'horizon, la phrase écrite avec Chateaubriand, la phrase parlée avec Mme de Staël (THIBAUDET, Hist. litt. fr., 1936, p.199):
5. Du ciel (...) descendait une lumière vibrante qui donnait à chaque maison, à chaque arbre, un dessin sensible, une nouveauté émerveillée. La terre, au matin du monde, a dû surgir dans une lumière semblable.
CAMUS, Été, 1954, p.152.
REM. Mat' ou mat, abrév. arg. et pop. [Pour préciser l'heure] Au p'tit mat'. Il est dix heures du mat. Avec ces meubles à charger, Soul Shaker se retrouve presque en retard (Actuel, sept. 1981, n° 23, p.79).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. On écrit indifféremment tous les lundis matin ou matins (GREV. 1961, §916). Étymol. et Hist. I. Subst. 1. fin Xe s. «commencement de la journée» (La Passion, éd. A. S. Avalle, 201); 1100 al matin (Roland, éd. J. Bédier, 2845); 1480 de bon matin (Compt. de tut., f° 60a, A. Finistère ds GDF. Compl.); 1540 de grand matin (EST.); 2. 1225 «(dans le décompte des heures) espace de temps qui va de minuit à midi» (GAUTIER DE COINCI, Miracle Nostre Dame, I, Pr. 1, 256, éd. V. F. Koenig, I, p.15: Ains soneroit le matin tierce); 3. début XVe s. «espace de temps compris entre le point du jour et l'heure de midi» (NICOLAS DE BAYE, Journal, I, 4, 1. 140 ds IGLF: ce jour, 27 août 1405 a matin et après disner); 1585 un beau matin (N. DU FAIL, Contes et discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, II, p.191); id. un de ces matins (ID., ibid., p.366); 4. 1568 «début» (R. GARNIER, Antigone, 646, III, p.26 ds IGLF: Le matin fut leur jeunesse, le midy leur age mur). II. Adv. ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 2601). Du lat. matutinum, adj. neutre subst. tiré de matutinum tempus «temps du matin»; le fr. matin a éliminé l'a. fr. main (1100, Roland, éd. J. Bédier, 667), du lat. mane. Fréq. abs. littér.:26 692. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 29 551, b) 49 028; XXe s.: a) 43 475, b) 35 885. Bbg. DUBOIS (J.). Représentation de syst. parad. formalisés ds un dict. struct. Cah. Lexicol. 1964, t.2, pp.5-9. — DUCHACEK (O.). Les Dénominations des parties du jour. In: [Mél. Baldinger (K.)]. Tübingen, 1979, t.2, pp.474-475.

matin [matɛ̃] n. m.
ÉTYM. 980, mattin; du lat. matutinum, d'abord adj. matutinus, qui a éliminé le lat. class. mane, resté dans demain.
1 Commencement, début du jour; moments qui précèdent immédiatement et qui suivent le lever du soleil. Jour (cit. 1 et 26); aube, aurore (cit. 5, 8 et 16), 2. lever, point (du jour). → Céleste, cit. 6; irradiation, cit. 2. || Le matin arrive, se lève (1. Lever, cit. 34). || Arrivée, venue, retour du matin. Poét. || L'épanouissement du matin (→ Hautain, cit. 2).Matin froid, glacé (cit. 5), glacial, blême (cit. 6), grisâtre (→ Filtrer, cit. 10). || Matin d'automne (cit. 8). || Par un matin d'hiver.Du matin. Matinal, matinier (vx), matutinal. || Le crépuscule (cit. 6 et 7) du matin. || La lumière, les rayons du matin (→ Bosse, cit. 6). || L'air frais (→ Humer, cit. 4), limpide (cit. 5), la fraîcheur, le vent froid du matin (→ Glacer, cit. 11; léger, cit. 7). || La lumière, le brouillard (→ Imperceptible, cit. 3), le givre (cit. 2), la rosée du matin (→ 2. Chagrin, cit. 8).Poét. || Le « vent crispé du matin » (Verlaine). → Fleurer, cit. 1. || « Le bleu cristal du matin » (Baudelaire, les Fleurs du mal, CVIII). || Les larmes (cit. 25) du matin.L'étoile du matin : Vénus. || Les portes du matin : l'aurore.
1 Nous chanterons ensemble, assis sous le jasmin,
Jusqu'à l'heure où la lune, en glissant vers Misène,
Se perd en pâlissant dans les feux du matin.
Lamartine, Nouvelles méditations, « Ischia ».
2 Le frais matin dorait de sa clarté première
La cime des bambous et des girofliers.
Leconte de Lisle, Poèmes tragiques, Le frais matin…
3 Éclatant, le soleil surgit : c'est le matin !
Amis, c'est le matin splendide dont la joie
Heurte ainsi notre lourd sommeil (…)
Verlaine, Jadis et Naguère, « Les vaincus », II.
4 Il est de clairs matins, de roses se coiffant (…)
(…) ces matins-là, je vais joyeux comme un enfant.
Albert Samain, Au jardin de l'Infante, « L'allée solitaire, Il est d'étranges soirs… ».
5 Par un joli matin Paris descend au travail.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, I, p. 25 (Sous-titre).
Loc. Être du matin : se lever tôt, être actif le matin.
Exercice (cit. 13) spirituel, prière du matin. || Repas du matin. Déjeuner (petit). || Concert du matin. Aubade.Relève du matin.
Allus. littér. || « Quand on est jeune (cit. 3), on a des matins triomphants » (Hugo). || « Le matin des magiciens » (Rimbaud).
Absolt. (Emploi adverbial). || Le matin : au commencement du jour. || Éveiller (cit. 1) qqn le matin. — ☑ Prov. Tel rit le matin qui le soir pleurera.Ce matin : le matin d'aujourd'hui (→ Déclore, cit.).Au matin : au début du jour (→ Embraser, cit. 11). || Ils partirent au matin, au petit matin. || Ils dansèrent jusqu'au matin.De bon, de grand matin : très tôt.Du matin (vx) : de bonne heure (→ Habile, cit. 1, Molière).Dès le matin (→ Bout, cit. 20; inonder, cit. 12).
6 (…) quelque diligent que je fusse au matin, je trouvais toujours le vieux voyageur levé avant moi (…)
Chateaubriand, le Génie du christianisme, IV, IV, VIII.
7 Au matin, plusieurs habitants de Sainte-Agathe sortirent sur le seuil de leurs portes avec les mêmes yeux bouffis et meurtris par une nuit sans sommeil.
Alain-Fournier, le Grand Meaulnes, II, V.
8 Dès le matin, la tête encore tournée contre le mur et avant d'avoir vu, au-dessus des grands rideaux de la fenêtre, de quelle nuance était la raie du jour, je savais déjà le temps qu'il faisait. Les premiers bruits de la rue me l'avaient appris, selon qu'ils me parvenaient amortis et déviés par l'humidité ou vibrants comme des flèches dans l'aire résonnante et vide d'un matin spacieux, glacial et pur (…)
Proust, la Prisonnière, Pl., t. III, p. 9.
Chaque matin (→ Besogne, cit. 10), tous les matins (→ Avec, cit. 11).
Le matin et le soir (→ 1. Hier, cit. 3). || Matin et soir. || Remède à prendre trois fois par jour, matin, midi et soir. — ☑ Loc. Du soir au matin (→ Attaquer, cit. 51), du matin au soir (→ Aucun, cit. 31; casser, cit. 3; insinuer, cit. 17) : toute la nuit, tout le jour, et, fig., continuellement, sans arrêt. || Cet enfant braille du matin au soir.(Dans un autre sens; vieilli). En un seul jour, en une seule nuit, et, fig., brusquement, rapidement (→ Fleurir, cit. 6, Bossuet).
9 (…) combien en a-t-on vus
Qui du soir au matin sont pauvres devenus
Pour vouloir trop tôt être riches !
La Fontaine, Fables, V, 13.
10 Soir et matin, la brise est fraîche :
Hélas ! les beaux jours sont finis !
Th. Gautier, Émaux et Camées, « Ce que disent les hirondelles ».
(1080, la Chanson de Roland). Adv. || Matin : au matin, dès le matin. Heure (de bonne heure), tôt. || Se lever (→ 1. Lever, cit. 29) matin, trop matin (→ Aiguail, cit.). Matineux (ci-dessous dér.); matinal. || Les coqs (cit. 3) chantent matin. — ☑ Prov. Ce n'est pas le tout de se lever matin, il faut arriver à l'heure.
11 Je ne sais pas quel plaisir vous prenez à me réveiller si matin (…)
Molière, le Sicilien…, VI.
12 L'aurore commençait à se montrer, mais Venise dormait encore : cette paresseuse patrie du plaisir ne s'éveille pas si matin.
A. de Musset, Nouvelles, « le Fils du Titien », IV.
Loc. Se lever, partir de grand (cit. 34), de bon matin (→ Braillard, cit. 1).
13 (…) on se levait de bon matin à Rome, et, vers la première ou la deuxième heure du jour, tout était en mouvement sur les places, dans les cours de justice et sur les marchés.
Nerval, les Filles du feu, « Isis », II.
14 Se promener de grand matin, pour qui aime la solitude, équivaut à se promener la nuit, avec la gaîté de la nature de plus.
Hugo, les Misérables, IV, III, VIII.
Fig. Il est matin pour… (vieilli) : il est prématuré de… — ☑ Loc. Pour l'attraper, le surprendre, il faut se lever matin : il est difficile à surprendre, on ne l'attrape pas facilement. (mod.) Tôt. || Il n'y a pas besoin de se lever matin pour… : il n'est pas bien difficile de…
Le petit matin : le moment où se lève le jour, l'aube Potron-minet (→ Glacer, cit. 13). || Il est debout dès le petit matin, au petit matin.
2 (V. 1165). La première partie de la journée, qui commence au lever du jour et se termine à midi. Matinée (→ An, cit. 21). || Le docteur reçoit le matin et fait ses visites l'après-midi. || Ce matin : la matinée d'aujourd'hui. || Je l'ai rencontré ce matin vers 11 heures.
Au matin, matin. (Après un nom désignant un jour). || Le 23 mars au matin (→ Barrage, cit. 1). || La veille, l'avant-veille, ce jour-là, chaque jour… au matin. || Dimanche, hier, demain… matin ou (plus rarement) au matin. || Le lendemain matin (→ Abord, cit. 3).
REM. Dans les expressions du type dimanche matin, l'ellipse de au fait qu'il est logique de laisser matin invariable au pluriel (cf. R. Rolland, J. Romains, Sartre… cités par Grevisse qui note toutefois « qu'il est logique aussi de mettre matin et soir au pluriel, si l'on considère que, dans la pensée, l'idée de “tous les matins”… se superpose à celle de “tous les lundis”… le Bon usage, §916, 10, note 2 »).
15 Monsieur Fleurant, à ce soir, ou à demain au matin.
Molière, le Malade imaginaire, III, 4.
16 (…) on résolut de partir un mardi matin, avant le jour, pour éviter tout rassemblement.
Maupassant, Boule de suif.
17 Les jeudis matins (…) nous lisions Rousseau et Paul-Louis Courier (…) L'après-midi, c'était quelque visite qui nous faisait fuir l'appartement (…)
Alain-Fournier, le Grand Meaulnes, II, I.
18 Tu connais Chasières, le pâtissier (…) Tous les dimanches matin, le type sortait de là; il portait un paquet de gâteaux (…)
Sartre, Morts sans sépulture, III, 1.
Par ext.Un beau matin : un beau jour; il y a quelque temps.Un de ces matins : un de ces jours (→ 1. Lieu, cit. 34). — ☑ Ce n'est pas de ce matin qu'on le connaît, d'aujourd'hui (→ 2. Le, cit. 18).
19 (…) notre homme, un beau matin,
Va chercher compagnie (…)
La Fontaine, Fables, VIII, 10.
Poét. || « L'espace d'un matin » (→ Destin, cit. 13, Malherbe; éphémère, cit. 1).
3 (1690, Furetière). Dans le décompte des heures. L'espace de temps qui va de minuit à midi, divisé en douze heures. || Une heure…, onze heures du matin (→ Arriver, cit. 19; flottille, cit.). (argot) Mat'.
20 À quatre heures du matin, l'été,
Le sommeil d'amour dure encore.
Sous les bosquets l'aube évapore
L'odeur du soir fêté.
Rimbaud, Poésies, Derniers vers, LXXII.
4 (1629). Fig., poét. Commencement, début. Aube (cit. 9), aurore. || Le matin de la vie. Jeunesse. || « Être dans son matin, à son matin » (Académie, vx).
21 (…) déjà je n'appartenais plus à ces matins qui se consolent eux-mêmes, je touchais à ces heures du soir qui ont besoin d'être consolées.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. III, p. 329.
22 Cueillons, cueillons la rose au matin de la vie (…)
Lamartine, Nouvelles méditations, II, XI.
CONTR. Soir. — Après-midi.
DÉR. Matinal, matinée, matines, matineux, matinier.
COMP. Réveille-matin.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mâtin — matin [ matɛ̃ ] n. m. • mattin 980; lat. matutinum, de (Mater) Matuta « l Aurore », qui a éliminé le lat. class. mane,cf. demain 1 ♦ Début du jour; moments qui précèdent immédiatement et qui suivent le lever du soleil. ⇒ 1. aube, aurore, 2. lever …   Encyclopédie Universelle

  • matin — MATIN. s. m. La premiere partie du jour, les premieres heures du jour. Il se leve de bon matin, de grand matin, L estoile du matin. il prie Dieu le matin & le soir. soir & matin. matin & soir. Il s employe aussi adverbialement. Il s est levé fort …   Dictionnaire de l'Académie française

  • matin — m. matin; de matin : le matin; matinal. Ont anatz tant de matin ? Où allez vous si tôt ? adv. Estomatin : ce matin …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • Mâtin — (†) Nicht von der FCI anerkannt Ursprung …   Deutsch Wikipedia

  • matin — Matin, m. Tempus matutinum, Mane. Le fin matin, Prima lux. Dés le fin matin, Luce prima. Fort matin, Multo mane. Une requeste presentée et rapportée du grand matin, Supplicatio antelucana. Bud …   Thresor de la langue françoyse

  • matin'ee — mat i*n[ e]e , n. [F., from matin. See {Matin}.] A reception, or a musical or dramatic entertainment, held in the daytime. See {Soir[ E]e}. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • MATIN — bezeichnet: einen Fluss in Osttimor, siehe Tono (Fluss) MATIN bezeichnet: eine Partei in Österreich, siehe Liste Dr. Martin siehe auch Mâtin Diese Seite ist eine Begr …   Deutsch Wikipedia

  • matin — réveille matin …   Dictionnaire des rimes

  • matin — [mat′ n] n. [Early ME matyn < OFr matin, pl. matines < ML(Ec) matutinae (vigiliae), morning (watches) < L matutinus, of the morning, after Matuta, goddess of dawn: see MATURE] 1. [often M ] [pl., usually with sing. v.] a) R.C.Ch. the… …   English World dictionary

  • Matin — M[^a] tin , n. [F. m[^a]tin.] (Zo[ o]l.) A French mastiff. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English